C'est l'histoire d'une fille, qui voulait être une femme.

par Mademoiselle Citrouille  -  4 Novembre 2015, 18:55  -  #Journal Intime

C'est l'histoire d'une fille, qui voulait être une femme.

Voilà, voilà, voilà.

A vouloir tout contrôler, tout gérer, tout décider.

A vouloir se persuader du bonheur à tout prix.

A vouloir un sourire permanent sur notre visage.

A vouloir toujours être là pour tout le monde sans jamais être là pour soi…

A vouloir tout cela, on s’oublie, on se perd, on s’égare.

On chute, doucement, très doucement mais sûrement.

On chute et on se fait terriblement mal.
Ca va car parfois on a sur sa route un ange gardien qui sait nous reprendre sur le fil de la vie.

Qui sait nous tenir près de lui et nous ramener à la vie…

Voilà, voilà, voilà,

C’est l’histoire d’une fille qui ne voulait pas grandir au fond.

Parce que tu vois, grandir c’est chouette, donc en apparence elle a bien envie de faire tout un tas de trucs.

Tu vois, elle a des rêves, des espoirs, et pleins de choses qui la font avancer chaque matin.

Alors elle se persuade que c’est bien pour elle, tu sais de ne jamais s’arrêter, de ne jamais se poser, de cavaler, d’être extenuée.

Autant faire les choses bien et se maltraiter… s’affamer, ne pas se nourrir suffisamment, s’épuiser à des activités diverses et variées, ne jamais s’écouter.

Tu vois c’est un peu le genre de nana à tout contrôler pour ne jamais avoir à s’arrêter sur elle… ne jamais avoir à s’analyser, ne jamais voir les choses en face.

Et puis comme ca, avec un beau sourire sur le visage, c’est plus sympa, elle croit qu’il suffit vraiment de vouloir pour pouvoir.

Alors elle y crois tellement fort qu’elle fait un million de choix, un million de pas, qu’elle avance, sans s’écouter, sans s’attendre.

Sans s’attendre oui, sans attendre d’encaisser, de digérer, de gérer les décisions prises.

Et en fait tout va bien, du coup.

En apparence,

Tout est super, méga génial, ouaiiiiis, youpi !!!!

Et en réalité sans s’en rendre compte, car elle est là la réalité… sournoise.

Elle ne voit pas qu’elle chute doucement.

Qu’elle commencer à verser des larmes,

Qu’elle commence à se montrer vulnérable,

Qu’elle est fatiguée, épuisée,

Qu’elle essaye de se remotiver avec des rêves, des plannings, des challenges…

Enfin tout un tas de trucs qu’elle n’arrive même pas à tenir car elle fatigue.

Petit à petit elle perd sa volonté, sa confiance, son sourire se fait de plus en plus rare.

La colère et la nervosité remplacent les sourires d’autrefois

Les larmes remplacent les rires.

Petit à petit, sournoisement.

Elle ne se reconnaît plus, elle ne prend plus de temps pour elle, seulement pour les autres.

La chute est douce, si douce qu’elle est certaine que tout va bien.

Voilà, le genre de nana…

Elle est incapable de lâcher prise et qui par dessus tout se voile la face.

La confiance à 0, la colère, la tristesse, ce n’était pas suffisant.
Bah non, Mademoiselle n’a plus l’énergie pour réagir normalement à des situations banales.

Tu vois, elle n’a plus le sens des réalités, il fallait qu’elle s’en rajoute…

Qu’elle perde l’espace d’un instant la valeur la plus précieuse à ses yeux.

Qu’elle perde la face totalement, qu’elle s’égare, à foutre l’histoire de sa vie en l’air.

Il fallait qu’elle aille jusqu’à perdre ce qui fait d’elle la personne qu’elle était.

Complétement perdue, elle peut rajouter à son tableau la culpabilité, les regrets, la honte.

Et la, c’est l’histoire d’une fille malheureuse.

Profondément.

Qui sèche ses larmes espérant juste oublier ce qu’elle a fait de sa vie.
Bizarrement, à ce moment précis rien ne compte plus que le moment présent.

Avec son cœur plein de sentiments négatifs.

Avec l’impression qu’elle ne compte plus pour personne.
Avec l’impression qu’elle ne vaut rien ni à ses yeux ni aux yeux d’autrui.

Tu vois, là ses rêves s’écroulent sur le sol,

Ses listes, plannings, la vie qu’elle s’est forgée elle se brise en milles morceaux.

Et Mademoiselle, elle ne sait pas gérer.

Elle n’a pas vu la chute arriver.

Elle n’a pas vu qu’elle allait chavirer…

Vous savez pourquoi ?

Parce qu’elle s’était forgée une super carapace,

Parce qu’elle a rencontré son ange gardien,

Qu’il a su voir ses failles et ses forces.

Qu’il a su l’aider à avancer, à prendre des décisions.

Mais, cette fille, elle n’a pas voulu croire que ce n’était qu’une carapace et qu’elle ne pouvait que cacher les fragilités, pas les effacer…

Aujourd’hui elle est tombée du fil.

Elle n’a pas attendu qu’on la pousse, elle n’a pas attendu, elle s’est jetée de ce fil ou son ange la maintenait…

Aujourd’hui elle se retrouve à terre…

Mais je crois qu’elle a une chance folle cette fille, car son ange ne l’attend pas là-haut avec exaspération.

Son ange est descendu pour la récupérer.

Alors oui il va falloir du temps pour qu’il la remette sur le fil de la vie, pour qu’ils se remettent sur le fil de leur vie.

Mais il est là, il la tient à bout de bras, il la tient dans ses bras.

Elle n’a plus ses ailes mais lui il es a…

Elles sont écorchées les ailes de son ange,

Elles sont douloureuses,

Mais il essaye comme il peut,

Il l’aide à remonter…

Jusqu’à ce que les ailes de Mademoiselle, se reconstruisent…

Mademoiselle,

Aujourd’hui elle a toujours des sentiments négatifs.

Elle n’efface pas avec une gomme magique, ni ses actes, ni ses ressentis.
Elle ne peut pas hélas.

Et puis cela serait trop simple, elle ressemblerait alors à une fille parfaite sans écorchures.

Mais elle peut apprendre de ses erreurs, se relever, lever la tête,

Reprendre le chemin de la vie, de l’amour.

S’accrocher à ce qu’elle aime le plus sur cette planète et avancer pour cela.

Elle peut apprendre à accepter les erreurs et à avancer avec.
En avançant différemment de ce qu’elle avait prévu.

En avançant plus doucement, plus légèrement.

En apprenant à dompter le présent, à brouiller le passé, à mieux appréhender l’avenir.

Voilà,

Mademoiselle est imparfaite et vulnérable.

Elle est fragile et elle a fait du mal, elle a fait des mauvaises choses.

Elle est partie dans un tourbillon, qu’elle n’a pas maitrisé, ou qu’elle n’a pas voulu maitrisé.

C’est facile de se donner des excuses.

Elle ne veut pas s’en donner.

Dans la vie tout ce qu’on fait nous mène là ou on est.

Si demain est plus beau c’est parce que aujourd’hui a été triste.

Si demain est plus fort c’est parce que aujourd’hui a été fragile.

Aujourd’hui elle reconstruit.

Petit à petit.

En prenant le temps de s’occuper de ce qu’elle ne faisait pas.

En prenant conscience des priorités.

De son alimentation, de sa santé, de l’amour autour d’elle.

Ce qui compte, elle l’a bien compris, ce n’est pas d’être aimé de tout le monde, c’est d’être aimé de ceux qui comptent à ses yeux.

Elle a compris, qu’elle devait arrêter de se mettre la pression, de se culpabiliser, de se détester, de s’auto-flageller.

Elle a compris qu’elle avait juste à mettre un pas devant l’autre.

A vivre les émotions comme elles viennent, tout simplement.

A aimer, à désirer, à rêver, à lâcher prise, à prendre soin d’elle.

A ne pas s’imposer des choses dont elle ne veut pas.

Et à faire ce qu’elle a envie.

Elle sait aujourd’hui qu’elle a trouvé son ange, sa moitié.

Elle sait qu’elle est en sécurité.

Qu’elle doit arrêter de se poser des questions, qu’il faut juste qu’elle avance avec tout ce que cela implique.

Avec tout ce qu’elle porte en elle, sur elle, avec tout ce qu’elle a fait, ou n’a pas fait.

Avec ses bons choix, mais aussi les mauvais choix.

Voilà,

Aujourd’hui rien n’est construit, tout est à construire.

Mais qu’importe si la construction prend du temps,

Qu’importe si elle met un jour ou dix ans…

Ce qui compte c’est d’avancer,

C’est de prendre soin de la vie, de l’amour, de soi, de celui que l’on aime.

Mademoiselle, aujourd’hui elle ne détruit plus, elle construit.

Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :