Christmas tears

par Mandarine & Ambre  -  23 Décembre 2015, 21:17  -  #Journal Intime

Christmas tears

Demain c’est Noel,

Je crois que décidemment je n’aime rien dans cette fête.

J’ai juste envie d’envoyer chier mon monde, de me goinfrer de chocolat, et puis d’oublier.

Je n’aime rien,

Ni le son des chants de noël, ni la foule dans les boutiques, ni les faux semblants des mots polis que l’on s’adresse.

Je n’aime décidément pas cette fête.

Je n’aime pas car elle me rappelle à tout les rêves inaccomplis.

A ceux que l’on ne touchera jamais du doigt.

Je ne l’aime pas…

Peut-être un peu par jalousie de ne pas la vivre comme j’aimerais.

Peut-être de me sentir à coté de la plaque.

Peut-être car cette période me rappelle à de la tristesse, des chagrins de la nostalgie.

Parce que elle rappelle aux souvenirs tristes, et aux projets qui n’aboutiront jamais.

Et puis voilà j’ai envie d’envoyer chier tout le monde.

Et surtout j’ai juste envie de pleurer.

Je suis si pitoyable parfois.

A verser mon venin sur des écrits,

Comme une morsure que je me ferais moi même.

Je me blesse toute seule.

A ressacer, à envisager,

A détester cette fête à la con, à détester tout ce que cela représente et que je n’ai pas et que je n’aurais jamais.

A en pleurer que tu sois si loin de moi alors que j’aurais tant besoin de toi.

A en pleurer de mes regrets.

De ma vie passée.

A en pleurer de mes rêves de famille qui n’existeront pas.

A en pleurer de mes rêves d’un enfant qui lui n’existe qu’à travers mes mots.

A en pleurer de découragement de cette impossible réalité.

De celle d’aujourd’hui et de celle de demain.

Voilà,

On s’en fiche un peu certainement oui,

De mes maux qui plombe le cœur.

Qui plombe ma vie.

De cette douleur que j’oublie chaque année jusqu’à cette période.

Va savoir pourquoi.

Peut-être la douceur des rêves d’enfants qui encombre cette saison.

Peut-être la douleur de mon rêve d’enfant qui lui n’existera jamais.

Et puis si je suis comme ça, parfois si enfantine, parfois si gamine, c'est peut-être pour combler l'absence d'enfance dans ma vie.

Et puis c'est ainsi,

Et puis c'est comme ça.

Voilà,

On s’en fiche un peu, un peu beaucoup même.

Mais c’était un peu de moi.

Je n’ai ni envie de m’amuser, ni envie de rire, ni envie d’être là dans cette période qui me ronge le cœur de regrets et de rêves inachevés.

Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :