J'étais cette fille là - Chapitre 5

par Mademoiselle Citrouille  -  9 Décembre 2015, 20:21  -  #J'étais cette fille là

J'étais cette fille là - Chapitre 5

J’étais cette fille là,

Celle qui oscille clairement entre la raison et la passion.

Celle qui se sait fragile mais qui se persuade du contraire.

Je me rappelle encore ton regard exaspéré quand j’essayais de te persuader que j’étais plus forte que tout le monde, fière et surtout sans faille.

En réalité j’étais tout l’inverse.
A la première émotion mon cœur défaillait.
Mon cœur se brisait.

Avant toi c’était différent.

Avant toi je gardais tout.

C’était enfoui comme dans le sable.

Comme dans le fond de l’océan.
J’avais jeté la clef de mes émotions au fond.

Pensant ne pas y retourner.

Pensant ne jamais la retrouver…

C’était sans compter sur toi,

Sans compter sur ton apparition subite dans ma vie.

Certaine de résister au coup de vent, de résister à la vie de résister aux douleurs.

En fait c’était un peu le cas,

Avant,

Avant toi.

Avant nous.

Avant que je me perde dans ton regard un jour d’hiver.

Tu te rappelles un peu de nous,

De notre premier regard.

Un soir d’hiver légèrement plus chaud que les autres.
Un soir différent de tout les autres.

Un soir qui allait changer notre trajectoire.

J’étais cette fille là,

Je crois,

Impertinente,

Impulsive.

Je ne réfléchissais qu’après avoir agi.

Je n’avais pas pour habitude de calculer, d’anticiper.

Je vivais ce que je voulais vivre.
Parfois je me fichais littéralement des conséquences.
Je me fichais de ce qui m’entourait.

Oh non, ce n’étais pas méchant.

Je n’étais pas méchante.
Je ne pensais pas à mal.

Je réagissais à mon cœur.
J’abandonnais la raison au profit de la passion.

Toujours.

C’était exagérément tordu parfois.

D’habitude on rencontre les gens en vrai, ou sur internet.

On les rencontre au travail, dans ses amis, dans un train, ou je ne sais ou.
Non moi j’avais décidé d’agir différemment.

En fait non, je n’avais rien décidé.

Cela m’était tombé dessus.
Une nuit, un rêve et puis ca en était fini de moi, de toi, de nous.
Oui, il a fallu une nuit pour que tout bascule.
Il a fallu un rêve pour que j’envisage de bouleverser ma vie.

Et puis la tienne accessoirement.

Il a suffit que je te vois en songe pour décider que j’avais eu le coup de foudre.
J’ai bien cru moi aussi que ce n’était qu’un rêve et que la journée qui allait suivre tu délaisserais mes pensées.

Tu t’envolerais comme tout les rêves et que tu disparaitrais.
Mais non.

Ton visage s’était ancré en moi.

Ta voix aussi et puis tout de toi.

Alors je ne voyais pas d’autres issues que celle de t’avoir.

Un peu naïvement j’étais certaine qu’il suffisait de vouloir pour pouvoir.

Et puis de pouvoir pour avoir.

Enfin pas si naïvement tu vois parce que du coup j’avais réussi.
J’avais réussi au delà de mes espérances.
Je pensais bouleverser ta vie et en réalité c’est toi qui as pris la mienne.

Je me souviens quand de mon songe tu es devenu ma réalité.

Je me souviens de ton regard qui m’a oppressé le cœur au premier coup d’œil.

Je me souviens de mon cœur qui a vacillé dans un abîme profond et indéniable.

C’était fini.

J’avais perdu le contrôle à la minute même ou tu as ouvert la bouche, à la minute ou j’ai entendu ta voix.
J’avais perdu le contrôle de ma vie, sans le savoir.
Tu étais devenu mon destin.

A la minute ou je t’ai vu je savais que je ne pouvais plus vivre, je ne pouvais plus respirer sans toi.


Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :