Ne pas avoir à fuir le bonheur,

par Mademoiselle Citrouille  -  28 Décembre 2015, 20:16  -  #Pensées

Ne pas avoir à fuir le bonheur,

J’aimerais,

Ne pas avoir à fuir le bonheur.

A pouvoir le vivre comme n’importe qui.
J’aimerais cela je crois,

Vivre la vie de n’importe qui,

Mais pas la mienne.

Vivre dans la réalité,

Non dans les rêves.

J’aimerais,

Vivre des banalités avec toi,

Vivre une vie avec toi.

Ne plus attendre derrière une nuit, un moment, une soirée, un verre.

Attendre,

Sans pouvoir partir.

Attendre,

A en mourir.

Attendre,

Toujours,

Encore,

Un peu plus parfois.
Un peu moins d’autres fois.

J’essaye de m’enfuir,

C’est impossible.

Je suis cloué sur place par ton amour.

Par mon cœur qui bat démesurément pour toi.
J’aimerais tellement oublier ce que cela fait d’aimer.

J’aimerais tellement oublier ce que cela fait d’en frissonner.

De m’en tuer.

J’aimerais te dire, de me quitter, de partir, de fuir, de plus jamais revenir.
Mais si tu le faisais je ne m’en remettrais pas.

Je ne vivrais plus,

Enfin si, seulement dans un tunnel, jusqu’à la fin de mes jours.

Tu peux bien me reprocher mes larmes, mes cris, mes doutes, mes faiblesses.
Elles ne sont que le reflet de mon cœur en détresse.

Je t’attends.

Je te cherche.

Je t’espère.

Un peu,

Beaucoup…
Et tu ne le vois pas,

Tu ne le sais pas.

Et moi je crève.
Physiquement.

Moralement.

Je me perds dans notre histoire.
Je suis en train d’achever mon cœur.

Je lui dit de t’aimer, jm’en fiche de le blesser.
Je lui dit qu’il faut y croire. Toujours avoir de l’espoir.
Jm’en fiche de lui faire mal.
Jm’en fiche de le détruire.

Jm’en fiche de l’achever à tout jamais.

J’aimerais.

N’avoir jamais connu la douleur d’aimer.

N’avoir jamais eu aussi mal de t’aimer.

Mais il est trop tard.

Maintenant j'aimerais juste un peu de toi.

Un peu plus souvent.

Un peu plus longtemps.

S'il-te-plait mon amour,

Tu es la clef de mes douleurs.

Tu es la clef de mon bonheur.

Mademoiselle Citrouille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :