Tu existes

par Mademoiselle Citrouille  -  3 Mars 2016, 19:33  -  #Pensées

Tu existes

Tu existes.

Tu sais.

Tu existes.

Tu pensais que la vie était différente.

Que pour exister il fallait régner.

Aujourd’hui tu sais,

Tu sais, ma jolie,

Une princesse ne vit que dans une tour d’étoiles, solitaire, livrée à elle même.

Pour régner, ma jolie princesse, tu dois être Reine.

Aujourd’hui tu sais,

Tu existes.

Dans des absences,

Dans des mots au détour d’un appel.

Dans des pensées détournées, parfois, si le temps lui en accorde le droit.

Tu existes.

Dans son lit conjugal lorsqu’il pense à toi,

Dans ses pensées entre travail, femme et enfants.

Dans sa salle de bain le matin entre le choix d’une chemise, ou d’un tee-shirt.

Dans sa cuisine, sa bouche contre une tasse de café, ou dans le gout d'une tartine.

Tu existes.
Pas comme tu le voudrais.

Seulement comme il le peut.

Entre deux.

Tu n’es rien toi.

Tu n’es pas la mère de ses enfants,

Tu n’es pas la femme qui dort avec lui,

Tu n’es rien.

Tu n'es rien qu'une princesse dépravée.

Par le passé,

Par le temps qui a oeuvré.

Une princesse déboussolée

Qui ne fait que rêver,

Danser et chanter.
Qui pleure, souvent.

Tout le temps quasiment.

Tu n'es rien qu'une princesse désabusée.

Sans armes pour se battre,

Sans bouclier pour se protéger.

Tu t’attardes à rêver.

A un jour ou tu pourras exister.

Vraiment.
Pour lui.

Et pour les gens qui comptent pour lui.

Tu rêves petite princesse abimée par la vie,

Si tu crois qu'un Roi,

Peut s'intéresser à toi.

Peut faire de toi sa Reine.

Tu rêves petite princesse accablée par ta jeunesse,

Si tu crois que les contes de fées, c'est la réalité.

Tu t’attardes à imaginer.
Une vie à deux,

Une maison,

Des voyages,

Et pleins d’autres projets.

Les yeux pleins de larmes,

De te sentir si vulnérable.

Tu existes tu sais.

Même si tu n’es pas son souffle.

Il est le tien.

Même si tu n’es pas ses larmes.
Il est dans les tiennes.

Tu existes tu sais.
Dans ses doutes,

Dans ses peurs,

Tu existes petite princesse.

Sèche tes larmes.

Et reconstruit sans cesse ce château de sable.

Ce château d’amour.

Que la mer s’évertue à effacer.

Sèche tes larmes.

Pour continuer à exister.

Pour lui.

Dans l’absence.

Dans l’errance.

Mademoiselle Citrouille.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Pillule bleue 03/03/2016 20:35

Vous existez jolie poétesse...
Dans vos textes,

Dans vos écrits...
Dans vos cris.

Pour vous, pour eux, pour lui...
Pour la vie qui vous oblige,
A respirer,
A aimer,
A pleurer aussi.
Trop sans doute.

Sèchez vous larmes, vous existez.
Baissez vos armes, et souriez.

Il est là, tout près de vous.
Si près.
Il vous porte, il vous supporte.
Il vous emporte.
Dans ses respirations, dans ses souffles, dans ses attentes.

Et devenez reine.

Mademoiselle Citrouille 03/03/2016 20:41

Faites de moi votre Reine...