Quand j'étais petite

par Mademoiselle Citrouille  -  15 Avril 2016, 06:53  -  #Journal Intime

Quand j'étais petite

Quand j’étais petite,

Je ne rêvais pas vraiment de cela,

Pas vraiment d’être dans l’ombre d’une vie.

Je ne rêvais pas,

Que tu dégages ta main de la mienne pour ne pas que l’on te voit avec moi.

Que tu te fasses lointain pour ne pas qu’on pense que j’étais ton chemin.

Je ne rêvais pas,

De ne pas exister.

Quand j’étais petite,

Je voulais être.

Aimer.

Rêver.

Je te voulais déjà.

Je te savais déjà.

Mais…
Je ne rêvais pas vraiment de cela.

D’être celle là.

Que l’on cache,

Que l’on pose sur un coin de vie.

Je ne rêvais pas vraiment de cela.

D’être celle qui brise une vie,

D’être celle qui brise une famille.

D’être celle qui attend.

D’être celle qui hurle quand tu pars.

D’être celle qui pleure discrètement, secrètement, pour ne pas t’effrayer davantage.

Putain,

Non,

Vraiment,

Je ne rêvais pas de cette putain de réalité.
Je rêvais naïvement, idiotement,

Que je serais le tout de toi.

Que rien d’autre ne pouvait exister que moi au cœur de toi.
Impossible.
Je n’étais pas.

J’étais ton songe.
J’étais ton rêve.

Mais j’partageais pas tes nuits.

J’étais tes doutes.

J’étais tes peurs.

Et j’les partageaient la journée.

Voilà,

En fait je n’étais pas grand chose.

Qu’un peu de rien dans le vide de ma vie.

Je voulais tellement.

Et j’pouvais tellement pas.

Seulement espérer.

Puis désespérer.

Seulement vouloir.

Des trucs sans espoirs.
Je n’étais pas,

Ni la femme qui avait vécu avec toi,

Ni celle qui avait partagé ta vie.
Je n’étais pas,

Ni ton quotidien,

Ni ta douce routine,

Je n’étais pas,

La mère de tes enfants,

La présence dans tes nuits.

….

Je n’étais pas.

Je n’étais plus.

Je ne vivais pas.

Je ne vivais plus.

Qu’à travers parfois.

Un peu de toi.

Dans un quotidien d’agonie.

Quand j’étais petite,

Je ne rêvais vraiment pas de cela,

Mais la vie ma petite,

C’est une putain.

Et puis un jour, peut-être que je te dirais...
Ce dont je rêvais, quand j'étais petite.

Un jour peut-être.

En attendant,

J'attendais.
Naïvement,

Que tu me pousses.

Que tu me blesses.

Que tu m'écorches.

Pour tuer ma naiveté.

Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Crapaud 15/04/2016 18:33

Quand j'étais petit, je ne rêvais pas vraiment de cela
Je me voyais grand
Je me voyais fort
Je n'imaginais pas que je pourrais blesser, que je pourrais tuer, à petit feu...
Quand j'étais petit, mon père, ce modèle
Celui que j'idolâtrais,
Cet homme finalement lâche, parti sans un mot...
Quand j'étais petit, je voulais devenir lui...
Je le suis aujourd'hui
Incapable de partir
Incapable d'aimer, bien,
Je les suis devenu
Ce lâche
Que je déteste tant
Quand j'étais petit
Je t'ai rêvé sans doute
Mais je n'étais pas cet homme
Qui habitait tes songes
J'étais un prince défaillant,
Redevenu crapaud.