Me revoilà,

par Mademoiselle Citrouille  -  30 Juillet 2016, 18:48  -  #Journal Intime

Me revoilà,

Cher journal,

Il faut que je te parle,

Il faut que je t’écrive.

J’ai cru que les médicaments suffiraient.

Que je pourrais me permettre de ne plus me confier ici,

De ne plus écrire.
Mais j’ai besoin de toi.

Désespérément.

J’ai tant de choses à te dire.

Tant de poèmes à t’écrire.
Tant de maux à te balancer à la face.

Je sais que tu es là.

Pour les encaisser.

Pour encaisser la fille cinglée que je suis.

Ou que je crois être peut-être.

Tu vois peut-être que je ne suis pas cinglée, pas véritablement,

C’est pt’étre un genre que je me donne pour « exister » le temps d’un instant.

Enfin si j’y réfléchis j »crois pas,

Je crois que je suis dégénérée,

Je n’ai pas peur,

Tu sais y à des gens qui ont peur de la mort,

Moi j’ai peur de la vie et ce qu’elle ne me donnera jamais.

Alors oui tu as raison,

J’ai peur, peut-être, je l’avoue.

J’ai un peu peur, mais je suis si forte au fond.
On me croit tellement faible, tellement vulnérable.

Mais je sais que je suis forte.

Je m’écroule et je me relève.
Je pleure et je souris.

Je tombe et je guéris.

J’aurais jamais du laisser le passé reprendre sa place dans ma vie.

J’aurais jamais du laisser ces putains de douleurs venir me détruire.

J’aurais jamais du…

Jamais.

Je suis trop conne.

Sérieusement.

Trop conne de laisser mes douleurs me détruire encore aujourd’hui.
Trop conne d’être incapable de m’aimer et de me respecter.

Trop conne d’être impuissante face à la femme que je suis.

Pffff, que dis-je… la gamine, la putain, la petite fille écorchée vive.
Ce n’est pas une femme, c’est un déchet.

C’est une p’tite conne qui crois être forte et qui en réalité ne s’en relèvera jamais.

De tout cela.

A bientôt cher journal, à bientôt.

Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :