18/01/17 - Extrait de Mon Cher Journal

par MadMoiselle Claire  -  10 Mai 2017, 19:17  -  #Journal Intime

Je n’ai pas de force, pas le courage.

Je me force à me doucher, à me maquiller, à m’habiller.

Je suis épuisée, éreintée d’attendre.
Je fatigue, je n’ai plus l’énergie pour les choses de la vie.

Ce qui me rendait heureuse me contente à peine.

J’attends après un appel, un texto, un mot, une phrase.
J’en perds l’appétit, j’en perds le gout de la vie.

Je me perds.
Je m’efface.
Je m’écrase.

J’ai l’impression que ma vie n’a de sens qu’à travers toi.

Je suis épuisée ce matin.
Epuisée d’avoir attendu ton message pour réussi à m’endormir.
Epuisée de devoir faire face chaque jour sans toi.

Epuisée de noircir des lignes pour survivre.
Je ne respire, je ne vis qu’à tes côtés, 2H par semaine, parfois 4H…

Je ne sais plus pourquoi je me bats

Pourquoi j’y crois

Pourquoi je tiens encore debout.

Tu es mon sauveur et ma douleur.
Je sature, je suis épuisée, tu sais j’ai envie de mourir, de partir car je n’ai plus la force de vivre, de supporter, de gérer le quotidien.
Je n’en suis plus capable.
Je suis extenuée.

Les jours passent et je crève de cette vie.

Le temps est long, trop long, immense, trop immense.

Est-ce que tu vas y arriver ?

Est-ce que tu m’aimes assez fort ? Assez bien ?

……
Tu me dis que je suis fragile parce que je pleure en résumant un livre.

Mais ce livre m’a émue aux larmes, oui, parce qu’il parle de nous, de notre amour, de notre impossible histoire.

Je pleure parce que quand tu m’as quitté la semaine dernière j’ai été forte je n’ai pas pleuré, j’ai juste ravalé mon chagrin, je l’ai enfouie, je me suis assise dessus et j’ai attendu.
Je suis fragile tu as raison.

Et surtout je n’ai plus la force, je n’ai plus le courage ni d’avancer ni de reculer, je n’ai plus la force ni d’attendre ni de renoncer.
Faut que tu m’aides, que tu me sortes de ce gouffre.
Je n’y arriverais pas sans toi, je n’y arriverais plus.

Même quand tu es là, même quand je te respires tu me manques.
J’arrive même plus à écrire j’ai juste envie de mourir à défaut de réussir à vivre.

J’aimerais y arriver, j’aimerais avoir cette force, et ne plus être cette petite chose fragile.

Mais que veux-tu ?

Je suis fatiguée, usée, épuisée.
Je meurs de l’intérieur. Je crève. Je n’arrive plus à faire face.

Maintenant je ne crie même plus au secours, je ne dis plus rien, parfois les larmes s’écoulent toute seule, parfois je suis assez forte pour les retenir.

Maintenant je sais me taire, ma douleur m’appartient et personne ni même toi n’a la force de porter mon fardeau.

Et moi je m’affaiblis dans mon chagrin avec le sentiment de porter seule le fardeau de l’attente, le fardeau de notre impossible histoire.

 

Mademoiselle Citrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :